Tweeter

Rechercher dans ce blog

jeudi 29 septembre 2016

A propos de l’épargne, fantasmes, mensonges et intox.



A propos de l’épargne, fantasmes, mensonges et intox. Qu’en est-il réellement ?

Tout ce qui concerne de près ou de loin les questions financières ou monétaires est sinon complexe du moins anxiogène, car cela touche plus ou moins directement chacun d’entre nous, soit parce que nous en sommes exclus, soit parce que nous craignons de l’être.

Plus précisément, concernant l’épargne, il est utile de se rattacher à deux réalités de bon sens, souvent occultées, et dépendant à la fois de la bonne santé de l’économie et du système bancaire.

Si notre épargne est gagée sur des biens immobiliers, elle dépendra évidemment de l’évolution de la valeur de ceux-ci. Mais si, plus généralement, elle repose sur la valeur intrinsèque de notre économie, la situation de celle-ci et des millions de chômeurs « créés » au cours des 2 derniers quinquennats n’incite pas à l’optimisme, du moins si la même politique continue à être suivie. Et comme aimait à le dire Einstein : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ». C’est pourtant ce que nous proposent les tenants du système actuel, incapables de nous donner le moindre espoir de changement, tout en s’acharnant sur les solutions novatrices proposés par le Front National et ses alliés.

Les menaces qui pèsent sur les 1600 milliards de l’assurance-vie ne sont pas non plus dues aux éventuelles et prétendues mauvaises propositions du Front National mais à la gestion calamiteuse du gouvernement actuel.

En sus de l’épargne « financière », plus ou moins liquide, au sens où elle est gagée plus ou moins directement sur les performances de l’économie française et de ses entreprises, bien mal en point actuellement mais que seul le programme du FN peut espérer améliorer, il y a aussi l’épargne ‘monétaire’, celle des différents comptes, à vue ou à court- moyen terme, l’épargne dite « liquide ».

Si la France recouvre sa souveraineté monétaire, elle aura comme monnaie un euro français, ou euro-franc, ou franc 2017, dont la valeur sera peu ou prou celle de l’euro actuel. Cet euro-franc vaudra à peu près 1.05 ou 1.10 dollar, ce qui fait que sa valeur, pour les achats exprimés en dollars, ne sera pas vraiment changée. Pour les achats effectués en France, là encore, bien évidemment, sa valeur restera inchangée. On peut même penser que si l’économie française se redresse enfin, les économies exprimées en euro-franc seront appréciées. Ce n’est que pour les échanges avec l’Allemagne, dont la monnaie est largement sous-évaluée, que le pouvoir d’achat de notre monnaie nationale peut s’éroder quelque peu.  On est donc bien loin des prévisions catastrophiques de nos adversaires politiques dont les évènements récents, telles que leurs aprioris apocalyptiques sur le Brexit, ont montré leur mauvaise foi, sinon leur incompétence.


De fait, l’épargne des français sera sans doute mieux garantie avec une France redressée, et une souveraineté monétaire retrouvée, que si nous demeurons dans la spirale mortifère que nous connaissons depuis une quinzaine d’années.